FAITS ET ANECDOTES

Six des 16 précédentes finales de la UEFA Champions League ont été déterminées par des tirs au but.

Sept des 17 précédentes finales de la CONMEBOL Copa Libertadores ont été déterminées par des tirs au but.

L’Israélien Yosef Dagan, et l’ancien arbitre allemand Karl Wald, prétendent tous les deux être l’inventeur de l’épreuve des tirs au but.

Des gardiens de but sont connus pour avoir marqué le but de la victoire lors de tirs au but. Au cours d'un quart de finale de l'Euro 2004, le gardien portugais Ricardo Pereira a arrêté un pénalty et a donc marqué le but de la victoire. José Luis Chilavert est un autre exemple en finale de la Copa Libertadores en 1994.

La première séance de tirs au but en finale de la Coupe des clubs champions européens a eu lieu en 1984, lorsque Liverpool a battu l'AS Rome. Le match est surtout célèbre pour les pitreries du gardien de Liverpool, Bruce Grobbelaar, et ses jambes tremblotantes.

Selon le classement mondial de la FIFA, une équipe remporte trois points pour une victoire, deux points pour une victoire décidée aux tirs au but, un point pour un match nul ou une défaite décidée aux tirs au but, et zéro point pour une défaite.

Dans les grandes compétitions, lorsque rejouer n’était pas possible, un match nul a déjà été déterminé par tirage au sort. Les exemples incluent la victoire de l'Italie sur l'URSS en demi-finale du Championnat d'Europe en 1968.

La première séance de tirs au but dans une Coupe du Monde a eu lieu lors de la fameuse demi-finale de 1982 en Espagne entre l'Allemagne et la France.

Une variation à l’épreuve des tirs au but a été expérimentée par la North American Soccer League dans les années 1970, puis par la Major League Soccer dans les années 1990. Les tirs au but commençaient à trente-cinq mètres du but et le tireur avait cinq secondes pour tenter son tir. Cette formule est similaire à celle utilisée en hockey sur glace. MLS a abandonné la formule en 2000, et désormais, lorsqu’une séance de penaltys est nécessaire, la procédure standard de tirs au but de l’IFAB est appliquée.

Peñarol a remporté la Coupe d'Uruguay en 1996 avec des tirs au but à l'américaine où les joueurs démarraient à partir du rond central et avaient huit secondes pour essayer de marquer un but.

2005 est la première année où une place pour la Coupe du Monde a été déterminée par des tirs au but. Après les deux matchs de qualification, l’Australie et l’Uruguay se sont retrouvés à égalité. John Aloisi a converti le penalty vainqueur, ce qui a permis à l’Australie de se qualifier pour sa première Coupe du Monde depuis celle de 1974 en Allemagne.

La finale de l’Euro 76 entre la Tchécoslovaquie et la RFA est la première compétition internationale à avoir été déterminée par des tirs au but. Le penalty vainqueur a été converti par Panenka, et le lob du gardien sur penalty qui porte son nom est né.

La finale de la Ligue des champions de l'UEFA 2008 entre Manchester United et Chelsea s'est jouée aux tirs au but. John Terry a raté son pénalty quand sa jambe d'appui a glissé et que le ballon a heurté le poteau. Ce tir au but a fait gagner le match à Chelsea et leur premier trophée de la Ligue des Champions de l'UEFA.

L'Angleterre a perdu sept de ses huit séances de tirs au but dans les grandes compétitions. Depuis l'Euro 96, l'Angleterre a perdu cinq séances de tirs au but de suite. Ils ont perdu face à l'Allemagne lors de l'Euro 96, à l'Argentine lors de la Coupe du Monde 1998, au Portugal lors de l'Euro 2004 et de la Coupe du Monde 2006 et contre l'Italie durant l'Euro 2012. Leur seule victoire s'est déroulée contre l'Espagne en quart de finale de l'Euro 96.

Les Pays-Bas ont perdu quatre séances de tirs au but consécutives, en commençant par le Danemark lors de l'Euro 92, la France durant l'Euro 96, le Brésil lors de la Coupe du Monde 1998 et en terminant par l'Italie pendant l'Euro 2000. Toutefois, ils ont finalement gagné aux tirs au but contre la Suède lors de l'Euro 2004.

Les Italiens ont perdu six séances de tirs au but dans les grandes compétitions et ont été éliminés de trois finales de Coupes du Monde consécutives (1990-1998). Cependant, ils ont également remporté trois séances de tirs au but, dont une demi-finale de l'Euro 2000, un quart de finale de l'Euro 2012 contre l'Angleterre et la finale de la Coupe du Monde 2006.

Roberto Baggio était en train de jouer un tournoi impressionnant lors de la Coupe du Monde de 1994. Il avait marqué cinq buts en trois matchs à élimination directe, y compris un doublé de dernière minute pour sauver l’Italie d’une défaite contre le Nigeria. Durant la finale entre l’Italie et le Brésil, aucun but n’avait été marqué à l’issu de deux heures de match sans intérêt. Pour le premier tir au but de la série, Franco Baresi a envoyé le ballon au-dessus de la barre transversale. Ensuite le gardien italien Gianluca Pagliuca a arrêté un tir de Márcio Santos et a ainsi maintenu un score équilibré. Les quatre pénaltys suivants ont été convertis en buts. Puis, le gardien brésilien Cláudio Taffarel a arrêté un tir de Daniele Massaro. Le capitaine brésilien Dunga a marqué, laissant à Baggio le soin de garder l’espoir italien vivant. Dans un moment qui s’est gravé dans l’esprit des fans partout dans le monde, Baggio a envoyé le ballon au-dessus de la barre transversale, marquant le début de son tourment.


« Donc, la quinzième Coupe du monde était terminée, le championnat s'était déterminé en faveur
du Brésil par les tirs au but, ce qui revenait à avoir écarté Jack Nicklaus et Tom Watson de la
compétition d'Augusta National après 72 trous, en leur ordonnant de régler le Masters
au cours d'une épreuve dans un golf miniature Putt-Putt. »

Ian Thomsen
écrit dans l'International Herald Tribune